Présentation du lieu d’accueil humanitaire

Depuis 2006, parce que géographiquement située à proximité des axes autoroutiers et de Calais, la ville de Grande-Synthe fait face à l’arrivée régulière et en petit nombre de réfugiés.

En 2015, le nombre de réfugiés augmente considérablement pour atteindre en décembre plus de 2 800 personnes sur le site du Basroch.

Les conditions sont telles que Damien Carême, le Maire de Grande-Synthe, décide de fermer le « camp de la honte » pour construire avec Médecins Sans Frontières le premier lieu d’accueil humanitaire en France.

Celui-ci est ouvert le 7 mars 2016.

Le lieu d’accueil humanitaire fonctionne grâce au travail remarquable et généreux des ONG et des associations locales, nationales, et internationales présentes depuis l’origine de la crise migratoire ainsi que grâce aux membres et bénévoles présents dès les premiers mois de la mise en place du lieu d’accueil humanitaire.

Les collectivités locales, la Mairie de Grande-Synthe et la Communauté Urbaine de Dunkerque, se sont engagées pour que le « camp de la linière » soit une solution digne et humaine pour les réfugiés à l’échelle du Dunkerquois.

Le 30 mai 2016, l’Etat s’engage. Le Ministre de l’Intérieur, monsieur Bernard Cazeneuve, et la Ministre du Logement, madame Emmanuelle Cosse signent, au nom du Gouvernement français, une convention tripartite avec la ville et l’ association, régisseur du camp, l’Afeji.

Cette convention permet aujourd’hui de financer une partie du fonctionnement du lieu d’accueil humanitaire, à côté du projet associatif animé par la mairie de Grande-Synthe.

Ce site internet veut faciliter la mise en contact de personnes volontaires ou en mesure de faire un don avec les besoins recensés sur le lieu d’accueil humanitaire, et leurs coordonnateurs.